CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Facteurs déterminant le choix des femmes entre leur médecin généraliste et (...)

Facteurs déterminant le choix des femmes entre leur médecin généraliste et leur gynécologue pour une consultation gynécologique.

Thèse de Fabienne CRETIN - BEN HAYOUN, présentée et soutenue publiquement le 3 juin 2014.

mercredi 16 juillet 2014

Le médecin généraliste est le médecin de premier recours, celui que les patients consultent en première intention quelles que soient leur âge et leurs pathologies. Ceci est encore plus vrai depuis la loi du 13 août 2004 qui réforme l’assurance maladie. Cette loi instaure la déclaration du choix du Médecin Traitant et met le généraliste au centre de l’organisation de la médecine ambulatoire dans le but d’améliorer la coordination des soins.

Devant l’augmentation des besoins en matière de suivi médical et la diminution des effectifs de gynécologues, nous avons voulu savoir par qui est assuré le suivi gynécologique des femmes et quels facteurs les influencent dans leur choix entre médecin généraliste et gynécologue pour une consultation gynécologique. Pour cela nous avons mené une enquête par auto questionnaire auprès de 109 femmes en région Ile-de-France. 92% des femmes déclaraient être suivies au niveau gynécologique par leur gynécologue et 8% par leur médecin généraliste. L’analyse statistique a montré que l’âge des femmes influence leur choix : les femmes les plus jeunes s’orientant plus vers leur gynécologue, tandis que les plus âgées s’orientent plus vers leur médecin généraliste. Le sexe du médecin n’est pas aussi discriminant qu’on pourrait le penser puisque moins de la moitié des femmes préfèrent consulter une femme, un tiers des femmes n’ont pas de préférence et un quart préfèrent un homme. Les femmes qui s’adressent à un gynécologue le font parce qu’elles le trouvent plus spécialisé et plus compétent ou encore parce qu’elles éprouvent de la gêne à être examinées par leur médecin généraliste. Le tarif de la consultation n’intervient pas dans le choix des femmes mais le fait que les rendez-vous soient plus rapides à obtenir avec le médecin généraliste intervient dans leur choix. C’est principalement pour la contraception et la ménopause que les femmes s’adressent à leur médecin généraliste. Dans l’avenir, pour répondre à la demande croissante des femmes et pour leur assurer une prise en charge optimale, les médecins généralistes vont devoir se former et informer leurs patientes de leurs compétences.

Factors that determine the women’s choice between general practitioner and gynecologist for a gynecological consultation.

In the front of the increase of needs for medical follow-up, and the decrease of number of gynecologists, we wanted to know who assure the gynecological follow-up of the women and which factors influence them in their choice between general practitioner and gynecologist for a gynecological consultation. For it, we lead an investigation through a self-administered questionnaire with 109 women in Ile-de-France region. 92% of women declared to be followed by their gynecologist for gynecological acts, and 8% by their general practitioner. The statistical analysis showed that the age of the women influences their choice : younger women turning more towards their gynecologist, whereas older women turn more towards their general practitioner. The sex of the doctor is not as discriminating as we might think. Less than half of women prefer to consult a woman, a third have no preference and a quarter prefer a man. The women who turn to a gynecologist, do so because they find him more specialized and more competent or because they fell embarrassed to be examined by their general practitioner. The consultation fee is not involved in the choice of women, but the fact that appointments are quicker to get with general practitioner intervenes in their choice. This is mainly for contraception and menopause that women address to their general practitioner. In the future, in order to answer the growing request of women for gynecological follow-up, and to ensure them an optimal care, the general practitioners will have to train themselves and inform their patients about their skills.

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0