CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Facteurs prédictifs de réhospitalisation précoce des personnes âgées (...)

Facteurs prédictifs de réhospitalisation précoce des personnes âgées d’au moins 75 ans admises en médecine. Focus sur la cause médicamenteuse.

Thèse de Swasti ROUX, présentée et soutenue publiquement le 13 juin 2016.

samedi 18 juin 2016

La réduction des réhospitalisations précoces des personnes âgées (PA) constitue un enjeu majeur de santé publique de par leur fréquence, coût et impact global. La iatrogénie médicamenteuse est souvent impliquée dans les réhospitalisations évitables. Nous avons étudié les facteurs prédictifs de réhospitalisation précoce des PA et analysé tout particulièrement les liens avec la iatrogénie médicamenteuse.

Méthodes-

Il s’agit d’une étude rétrospective cas-témoin ayant inclus sur une période de 2 ans (2013-2014) des PA d’au moins 75 ans hospitalisées en médecine. L’effet des données sociodémographiques et biomédicales sur la réhospitalisation à 30 jours a été analysé. Les évènements indésirables médicamenteux (EIM) et leur évitabilité ont été décrits.

Résultats-

Le taux de réhospitalisation non programmée à 30 jours était de 15,6%. Au total, 150 hospitalisations ont été étudiées (2 cas pour 1 témoin). Les facteurs prédictifs étaient :

- une admission aux urgences dans les 6 mois (OR=6,49 ; IC95% [2,38-17,77]),
- une durée d’hospitalisation de plus de 7 jours (OR=5,74 ; IC95% [1,85-17,75]),
- une polymédication à la sortie (OR=3,32 ; IC95% [1,35-8,15]),
- une admission pour insuffisance cardiaque (OR=7,56 ; IC95% [2,02-28,37]),
- un cancer évolutif (OR=9,93 ; IC95% [2,35-41,88]),
- et des chutes à répétition (OR=4,78, IC95% [14,16-19,73]).

Les EIM étaient à l’origine de 14% des réhospitalisations, dont près de la moitié semblait évitable. Les psychotropes et les anti-thrombotiques étaient les médicaments le plus fréquemment impliqués.

Conclusion-

La réduction des réhospitalisations précoces doit passer par le repérage des patients à risque, l’optimisation du suivi après la sortie et la prévention de la iatrogénie médicamenteuse.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0