CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Les perceptions du rôle du médecin généraliste par les patients atteints de (...)

Les perceptions du rôle du médecin généraliste par les patients atteints de troubles des conduites alimentaires : une étude qualitative phénoménologique.

Thèse de Yas KALAMI, présentée et soutenue publiquement le 16 juin 2016.

samedi 18 juin 2016

Les médecins généralistes (MG) sont souvent cités comme des acteurs de repérage précoce des troubles des conduites alimentaires (TCA). Ils ont exprimé dans une étude précédente leurs difficultés à prendre en charge les patients atteints de TCA. Il n’existe pas, en France, d’étude sur le point de vue des patients.

Objectif :

Décrire les perceptions du rôle du MG par les patients atteints de TCA dans leur prise en charge.

Méthode :

Etude qualitative phénoménologique. Les patients, âgés de plus de 8 ans et atteints de TCA étaient recrutés de façon raisonnée en milieu ambulatoire par les MG d’ile de France adhérents à la SFMG. Des entretiens individuels semi directifs ont été réalisés après consentement écrit des patients. L’analyse des verbatim a été réalisée par deux investigateurs de façon descriptive au sein de chaque entretien, puis de façon interprétative à l’ensemble des entretiens, aboutissant à un modèle explicatif.

Résultats :

6 entretiens ont été réalisés. Seules des femmes ont été interrogées, âgées de 21 à 57 ans. Les patientes ont décrit un parcours de vie complexe, avec des TCA ancrés dès l’enfance, influencés et influençant leur relation à l’entourage proche. Les TCA étaient un fardeau au quotidien, les femmes décrivaient des solutions pratiques de gestion. Les MG étaient décrits comme des alliés, aidant à dépasser le déni mais quelquefois décevants.

Conclusion :

Le modèle explicatif a permis de mettre en évidence les concepts fondamentaux de fardeau, de maladie exogène, de troubles du lien mère fille. Les solutions à apporter étaient un renforcement de l’alliance thérapeutique, une formation approfondie des MG à la relation de soins dès l’internat.

Summary

Introduction :

General practitioners (GPs) are often quoted as main actors in the detection of patients with eating disorders (ED). In a previous study, they described barriers to the management of such patients. In France, no study explored the patients point of view.

Aim :

To describe ED patients views about the role of GPs in their management. Methods : Qualitative study with a phenomenological approach. Patients over 8 years old with ED were recruited purposively in a primary care setting by GPs working in the Ile de France region and belonging to the SFMG. Semi-directive individual interviews were conducted after written consent. Verbatim analysis was built by two investigators with a first descriptive step in each interview, and a second interpretive step for all interviews, structuring an explicative model.

Results :

6 interviews were conducted. They were women, aged from 21 to 57. Patients described a complex course of life, with ED grounded since childhood, influenced and influencing their relation to close relatives. ED were a day to day burden, women described pragmatic solutions. GPs were described as allies, helping overcoming denial, but sometimes disappointing.

Conclusion :

The explicative model has enlightened fundamental concepts as burden, exogenous disease system, disorders in the mother-daughter relationship. Solutions provided were a reinforcement of the therapeutic alliance, a confirmed course of GPs to GP-patient relation soon in their training.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0